Press "Enter" to skip to content

Le château de Chaumont-sur-Loire

Ch^teau de Chaumont-sur-Loire
Vue aérienne du château de Chaumont-sur-Loire

Dominant la Loire, le château de Chaumont-sur-Loire a une situation qui rappelle celle d’Amboise. De sa terrasse, la vue sur la vallée est admirable. Un très beau parc l’entoure. Ses bâtiments, dont la rudesse féodale s’atténue au contact de la Renaissance, sont complétés par de luxueuses écuries, vestiges du temps des équipages.
Ancienne forteresse deux fois rasée, Chaumont fut réédifié de 1465 à 1510 par Pierre d’Amboise, l’aîné de ses 17 enfants, Charles I d’Amboise et son petit-fils, Charles II. Ce dernier, grâce à son oncle, le cardinal Georges d’Amboise, en grande faveur auprès de Louis XII, fut Grand-maître de la Maison du roi, maréchal, amiral de France et lieutenant-général en Italie.

Diane de Poitiers
Diane de Poitiers

En 1560, Catherine de Médicis, veuve de Henri II, n’acquiert le château que pour se venger, par un détour, de Diane de Poitiers, la favorite du défunt roi. La reine oblige sa rivale à lui céder sa résidence préférée, Chenonceau, en échange du château de Chaumont-sur-Loire.
Le passage à Chaumont de Catherine de Médicis, l’existence d’une salle reliée au sommet d’une tour par un escalier ont mis en branle les imaginations, On a fait de cette salle le cabinet de Ruggieri, l’astrologue de la reine, et, de la tour, l’observatoire d’où Catherine et son maître en cabale interrogeaient les astres. C’est à Chaumont, prétend-on, que la reine aurait lu dans l’avenir le sombre destin qui attendait ses trois fils François II, Charles IX et Henri 111 et l’avènement des Bourbons avec Henri IV.
Quant à Diane, Chaumont ne la retiendra pas et elle ira terminer ses jours dans son château d’Anet.

Des médaillons en série.

medaillon
Leray de Chaumont , médaillon de Nini

Au XVIIIe s., un des propriétaires, Le Ray, intendant des Invalides. loue, moyennant 1 200 livres par an et, en plus, le logement et le chauffage, les services de Giovanni Battista Nini, dit Jean-Baptiste Nini, célèbre artiste italien, graveur sur verre et céramiste. Nini installe un atelier dans les écuries et son four dans un ancien colombier qui fut plus tard transformé en un petit manège où les enfants du château apprenaient l’équitation. Nini reproduit à de nombreux exemplaires, grâce à un moule en creux, les médaillons de plus de cent personnages célèbres de l’époque.
Le Ray tire un large profit de cette conception nouvelle et industrielle du portrait.

Madame de Staël (début du XIXe s).

Exilée de Paris par Napoléon, elle passe quelque temps à Chaumont.
A ses hôtes qui lui vantent le paysage de la Loire, elle répond mélancoliquement : « Oui, ce spectacle est admirable, mais combien je lui préfère mon ruisseau de la rue du Bac ».

Le parc.

Une montée à pied d’une dizaine de minutes, par une allée ombragée qui offre des échappées sur la Loire, conduit au château. Promenade agréable donnant un aperçu du beau parc aux cèdres centenaires.

Les bâtiments.

Château de Chaumont sur Loire
Château de Chaumont sur Loire

La façade extérieure Ouest, la plus ancienne, a un sévère appareil militaire. La plupart des fenêtres qu’on peut y voir actuellement n’existaient pas à l’origine, Les deux autres façades, tout en gardant l’apparence féodale, ont subi l’influence de la Renaissance.
Au niveau du rez-de-chaussée, court une frise qui porte les C enlacés de Charles d’Amboise et de sa femme Catherine ainsi que le rébus du château une montagne qui brûle ou « chaud mont »
Devant chaque mâchicoulis, est sculpté l’emblème de Diane de Poitiers : 2 D entrelacés ou bien le cor, l’arc et le carquois. attributs de Diane chasseresse.
Derrière le pont-levis, la porte d’entrée est ornée des armes de France avec les initiales de Louis XII et d’Anne de Bretagne. Sur la tour gauche, est sculpté le chapeau du cardinal d’Amboise.
Sur la tour droite, les armes de Charles d’Amboise, amiral et Maréchal de France. Ces emblèmes sont abrités par des édicules où le gothique se mêle à la Renaissance italienne.
Entrant dans la cour, on ira d’abord à la terrasse. Elle a été établie au l8 s. sur l’emplacement de l’aile Nord, jetée bas par un châtelain amateur de vue. On y découvre un magnifique paysage de Loire.

Les appartements.

Ils comprennent entre autres les chambres des deux rivales Catherine de Médicis et Diane de Poitiers, ainsi que celle de Ruggieri, et contiennent de belles tapisseries, quelques bons meubles, une collection de médaillons en terre cuite exécutés par Nini.

Les écuries.

Elles se trouvent à 50 m du château. Leurs dimensions et leur luxe donnent une idée de la place que tenait, dans les familles princières, la plus noble conquête de l’homme.

 

©ludianov.fr

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *